Chralotte Sizel

Rencontre avec Sizel, auteur d’Identités

Bonjour Sizel et merci de participer à nos portraits d’auteurs ! Essayons d’en savoir un peu plus sur ton rapport à l’écriture. C’est parti !


Pour commencer, peux-tu te décrire en quelques mots à nos lecteurs ?

Pour résumer, je suis une lectrice et autrice des genres de l’imaginaire. J’ai beaucoup lu de romans dans mon adolescence, puis je n’ai lu que des mangas ou presque à partir des études supérieures. Ces derniers m’ont conduite à la fanfiction – on n’en a jamais assez ! -, puis à l’écriture.

Aujourd’hui, j’ai mis la fanfiction de côté au profit de projets plus personnels où tout est à construire certes, mais qui permet également d’avoir bien plus de liberté dans la création !

Passer du rêve à l’écriture de ses rêves est un exercice parfois compliqué. Comment ce basculement s’est-il produit chez toi ?

Depuis petite, je m’égare souvent dans mon imaginaire, mais aller jusqu’à écrire mes rêveries m’a demandé du temps. Mon écriture me complexait énormément et permettre à quelqu’un de me lire, même un simple mail de quelques lignes n’était pas un acte anodin.

Pourtant, à force de lire des fanfictions, de ne pas y trouver ce que je cherchais, je me suis dit et si j’essayais ? Mon premier essai a plutôt tenu du coup de tête que de l’acte réfléchi ! J’ai écrit la nouvelle en quelques heures, peaufiné au mieux en sachant que la forme laisserait à désirer et je l’ai publié sur fanfiction.net. Les retours ont été positifs et indulgents, ce qui m’a encouragée à poursuivre.

Aujourd’hui, l’orthographe est toujours ma bête noire, mais j’ai énormément progressé à force de pratiquer. En plus de prendre plaisir à partager mes écrits, j’ai appris à approfondir mes idées pour leur donner plus de consistances et c’est d’autant plus satisfaisant de les voir prendre une forme plus tangible grâce à l’écriture.

Ton premier ouvrage Identités, commencé en 2012, sortira bientôt aux éditions Plume Blanche. A quoi doit-on s’attendre ?

À un univers assez sombre !

C’est la quête d’une femme, Lia, qui tente de survivre dans un monde dystopique. Elle va devoir s’adapter, dépasser ses limites, afin de surmonter les épreuves.

Pour finaliser tes histoires, tu as pour habitude de soumettre à une relecture publique tes premiers jets… Pourquoi procéder ainsi ?

Pour gagner en confiance et aller au bout de l’histoire !

Comme beaucoup d’auteurs, j’ai des phases de doutes. Durant les mauvaises périodes, je me demande si je ne ferais pas mieux d’abandonner, que de toute façon ça ne mènera à rien… Les commentaires, positifs ou constructifs, m’aident à relativiser ces mauvais moments et l’enthousiasme de lecteurs fidèles me pousse à écrire la suite.

Et il arrive aussi que les commentaires me permettent d’identifier des faiblesses dans le récit, ce qui me donne des pistes de réflexion pour les phases de réécriture.

Enfin si tu avais un conseil à donner à nos lecteurs qui souhaitent publier leur premier roman, quel serait-il ?

De prendre le temps !

Prendre le temps de finir son livre, de se relire plusieurs fois, d’être satisfait de son travail et d’avoir le recul dessus, de déterminer ce qu’on attend d’une éventuelle publication, de se renseigner, de trouver les structures qui correspondent à son souhait…

Ce n’est pas toujours facile à appliquer, mais je pense que c’est le meilleur moyen de maximiser ses chances !

Identités - Sizel


Merci à toi Sizel d’avoir accordé cette interview à Passion d’écrire ! J’encourage nos lecteurs à te suivre de près et à découvrir prochainement ton premier ouvrage Identités. A leurs risques et périls bien entendu !

Partager
  • 11
    Partages
Auteur de l’article : Alexandre
Articles similaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *