Rencontre avec Marie Tinet, bibliothécaire alchimiste

Marie Tinet

Bonjour Marie et merci d’accorder à Passion d’écrire un petit moment pour répondre à nos questions !


Tout d’abord, peux-tu nous dire en quelques mots qui tu-es ?

Je suis bibliothécaire, anthologiste, nouvelliste et avant tout maman depuis bientôt quatre mois maintenant.

Dans la vie professionnelle, tu es bibliothécaire (un fantasme non dissimulé pour beaucoup de nos lecteurs). Pour déconstruire le mythe (ou pas) : peux-tu nous dire en quoi consiste le travail d’une bibliothécaire de nos jours ?

Je suis bibliothécaire en Angleterre et ce n’est pas exactement le même travail qu’en France. Pour moi, ce qu’il y a du plus important dans mes missions, c’est le relationnel. Beaucoup de gens viennent à la bibliothèque pour le social, car nous sommes à leur écoute (surtout quand il s’agit de discussion lecture, mais pas que !). Les personnes âgées par exemple, mais aussi les enfants qui se sociabilisent à notre contact et ceux des autres usagers. C’est tout particulièrement le cas lors des animations ou ateliers. La bibliothèque est (ou doit pour certaines) devenu un espace de vie commune. Elle ne se résume plus au livre. C’est un lieux d’échanges et de partages. C’est en tout cas ma vision.

Ta première publication papier se nomme Mutation. Peux-tu nous en dire plus sur cette nouvelle post-apocalyptique ?

Tout à commencé sur Scribay, où j’avais répondu à un défi dont le sujet était « Rencontre avec un zombie ». Vu l’enthousiasme de la communauté, j’avais écrit une suite, puis laissé en suspens. Quand j’ai vu l’appel à textes de Nutty Sheep, la thématique post-apo collait parfaitement et j’ai décidé de reprendre tout ça pour en faire une nouvelle !

Mutation est une nouvelle très dynamique, à l’image de la survie effrénée du personnage. J’ai vraiment voulu insister sur cette dimension rapide, car tout s’enchaîne sans que l’héroïne ne puisse se raccrocher à sa vie d’avant. Je ne veux pas en dire trop. Le mieux est d’aller la découvrir !

En tant que nouvelliste, tu participes régulièrement à des appels à textes. Qu’est-ce qui te séduit dans ce format ?

J’aime les nouvelles car elles permettent d’expérimenter pleins de choses différentes. Je suis une alchimiste et ce format me correspond parfaitement. Les appels à textes permettent d’avoir des retours sur son travail et de mieux comprendre ses points forts et points faibles. C’est très important pour moi.

Mutation


 

Merci Marie pour cette interview. J’encourage nos lecteurs à se rendre sur ton blog (joli design au passage ^^) pour avoir plus d’infos sur tes productions. Tous mes voeux de succès pour remporter les appels à textes qui font froid dans le dos !

Partager
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *