Rencontre avec Angélique Leymarie : réceptionniste romancière

Angélique Leymarie

Bonjour Angélique et merci de nous prêter quelques précieuses minutes pour nous parler de ton oeuvre !


En quelques mots, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Angélique Leymarie, j’ai 29 ans. J’écris depuis l’âge de 11 ans où j’ai commencé par des histoires courtes avant de passer quelques années plus tard aux romans et nouvelles. J’ai publié mon premier roman en 2010 et le second en 2015. Je suis plus inspirée par le fantastique et la science-fiction. Je me suis essayée à d’autres genres littéraires (policier, romance…) mais je n’ai pas accroché, à moins d’ajouter une touche de fantastique ou de science-fiction. Cette année, pour mon troisième roman (qui mélange fantastique et science-fiction), je me lance dans l’auto-édition. L’écriture de romans et de nouvelles est pour le moment uniquement une passion puisque je suis aussi réceptionniste dans un hôtel à plein temps. J’espère pouvoir devenir auto-éditrice et romancière à plein temps d’ici à la fin de l’année ou début d’année prochaine !

11 ans c’est jeune ! Te souviens-tu de ce qui t’as donné envie d’écrire pour la toute première fois ?

C’est simplement une inspiration qui m’est venue, des idées d’histoires que j’ai eu tout de suite envie d’écrire. Ça m’a beaucoup plu alors j’ai continué par la suite.

Qu’est-ce qui te passionne dans le fantastique et la science-fiction que tu ne retrouves pas ailleurs ?

C’est le mystère dégagé par ces genres littéraires qui me passionnent. La magie, le futur qui n’est pas encore écrit dans la réalité… J’adore imaginer ce qui n’existe pas puis mettre en forme ces idées sur ordinateur. C’est comme voyager ailleurs, loin de chez soi, pour des aventures qu’on ne vivrait jamais en vrai et dans lesquelles je me laisse emporter. C’est là que je me sens bien et c’est ce que j’essaye aussi de faire ressentir aux lecteurs de mes romans à travers mon style.

Que trouves-tu le plus difficile dans l’exercice de construction d’un roman ou d’une nouvelle fantastique ?

Ce que je trouve le plus difficile est le découpage de l’histoire en chapitres mais à force d’entraînement sur chacun de mes romans (j’en ai écrit une bonne trentaine en tout), j’y arrive maintenant plus facilement. La seconde chose pas forcément compliquée, mais un peu contraignante, est la relecture pour corriger les éventuelles fautes. Etant donné que c’est ma propre composition, je n’ai souvent pas le recul nécessaire pour les repérer, sans compter que souvent, je me laisse emporter dans l’intrigue (bien que je l’ai écrite moi-même, je me plonge à 100% dans l’histoire, exactement comme je le fais au moment de la rédiger). Je me fais donc aider de mes proches qui sont ravis de lire mes romans « en avant-première », bien avant leur publication.

Deux romans publiés, ce n’est pas rien ! Peux-tu nous en dire plus ?

Ce sont les deux seuls romans (tout comme le troisième qui va être bientôt publié) que j’ai rédigés en une seule fois sans faire de pauses (j’ai pris la mauvaise habitude d’écrire plusieurs romans en même temps quand l’inspiration est présente pour de nombreuses histoires). L’inspiration était là du début à la fin. Il m’a fallu environ trois mois pour écrire θYPA : Le mystère du vaisseau fantôme (2015), dont le genre est principalement axé sur la science-fiction, et un peu plus pour Royaume perdu (2010), dont l’histoire est fantastique. Comme bien souvent, l’idée des intrigues de ces deux romans m’est venue subitement et je me suis lancée aussitôt dans leur rédaction sans m’arrêter.

Le fait que tu aies un métier à côté est intéressant. Comment fais-tu pour t’organiser et trouver le temps d’écrire ?

Je trouve toujours le temps d’écrire. Bien souvent, dès que je rentre du travail, je m’installe devant mon ordinateur pour reprendre un roman en cours. Parfois, l’inspiration me vient aussi pendant mes temps de travail et à ce moment-là, je mets les idées qui arrivent sans prévenir dans un coin de mon esprit pour les écrire et les mettre en forme dès mon retour chez moi. Mon métier est aussi par lui-même une grande source d’inspiration. Je suis réceptionniste dans un hôtel et je rencontre de nombreuses personnes, avec des origines et des personnalités tout à fait différentes, de même que des situations amusantes ou gênantes. Je pourrais même écrire un roman sur mes « aventures » à l’hôtel tellement on voit chaque jour toutes les situations possibles et imaginables dans ce métier.


Merci Angélique pour ce témoignage très intéressant. J’invite les lecteurs qui souhaiteraient en savoir plus à suivre ton actualité directement sur ton site. On te souhaite beaucoup de réussite dans ta vie future de romancière à plein temps !

Partager
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *