Allégorie de l'écriture créative - trouver le bon état d'esprit

A la recherche de l’état d’esprit optimal pour maximiser sa créativité

Aujourd’hui, j’aimerais aborder la question de l’état d’esprit optimal pour écrire. Plus précisément, l’état d’esprit pour écrire de manière la plus efficace possible. J’entends par là, la façon de se mettre dans les meilleures dispositions pour être productif, évitant donc au maximum les blocages (ou phénomènes dits de la « page blanche »), le tout bien entendu en éprouvant du plaisir à l’ouvrage.

Vous serez sans doute d’accord avec moi pour dire que sans plaisir, l’écriture ne présente que peu d’intérêt (mis à part peut être à des fins médicales mais ceci est un autre sujet). En d’autres termes : existe-t-il une formule magique pour écrivain ? Autant vous le dire tout de suite (quitte à saper définitivement vos espoirs les plus fous) : il n’existe pas de recette miracle garantissant une écriture fluide et inspirée à 100% du temps (sinon ça se saurait !) Je vous propose tout de même d’explorer quelques pistes, que j’ai moi même découvertes au fil de mon travail d’écriture.

Faire le vide dans son esprit

Avant de vous lancer tête baissée, le mieux est sans aucun doute de faire le vide dans votre esprit. Il va vous falloir trouver un moyen d’évacuer au maximum le stress et les pensées parasites avant de vous plonger dans l’univers de votre roman. L’objectif est double : faire place nette aux nouvelles idées qui ne manqueront pas de vous assaillir au cours de l’écriture et conserver un maximum d’énergie positive pour les traiter. En effet, itérer sur vos soucis  pendant l’exercice risque de polluer votre créativité. Le mécanisme est bien connu des tempéraments anxieux : le stress est un grand consommateur d’énergie et c’est autant de puissance créative qui risque ainsi de se dissoudre inutilement dans vos tracas du quotidien.

Pour faire le vide, à chacun sa méthode : écouter de la musique, faire du sport, méditer… Relaxation, yoga, sophrologie, qi gong, tai chi… en creusant un peu et en expérimentant, vous trouverez forcément une activité qui vous permettra de débrancher votre cerveau et le rendre à nouveau disponible pour explorer les méandres de votre créativité.

Trouver un cadre inspirant pour écrire

Là encore, pour écrire, chaque auteur a ses petites habitudes : certains aiment se rapprocher d’un lieu public « habité » (café, bibliothèque); d’autres s’isoler au calme à l’extérieur s’il fait beau ou chez soi. L’important est d’être au maximum à l’écoute de votre état d’esprit pour déterminer votre environnement optimal. A savoir celui qui stimulera le mieux votre écriture. Et à ce titre, faire le vide comme nous l’avons vu auparavant est un très bon exercice.

Pour ma part, j’ai des tendances qu’on pourrait qualifier d’«hybrides» et qui dépendent assez de mon humeur. En général, j’aime bien combiner des sorties écriture à d’autres activités que j’exécute dans la foulée (aller au cinéma par exemple). Cela me permet de ne pas être orienté résultat à 100% et ainsi de n’être ni déçu ni frustré si je suis moins productif qu’habituellement. A vous de trouver votre propre recette magique !

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à réagir en commentaire et à partager vos astuces pour vous mettre en conditions avant d’écrire.

Partager
Auteur de l’article : Alexandre
Articles similaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *